Comprendre la motoneige c’est avant-tout comprendre les sensations que ce sport peut apporter. Et pour cela, quoi de mieux que de demander à un passionné de motoneige son expérience ? Nous avons demandé à Adrien, notre responsable IT et grand amateur de randonnées en motoneige, de bien vouloir se prêter au jeu et répondre à quelques questions !

 

-Quand as-tu commencé à faire de la motoneige ?

 

J’ai commencé à faire de la motoneige à l’occasion de mes 30 ans, mes amis m’avaient offert comme surprise une randonnée de 3 heures en ski-doo dans la région des Laurentides près de la forêt Ouareau. J’ai toujours été passionné par les sports mécaniques, et mes amis ont tapé dans le mille avec cette surprise, c’était la première fois pour moi et j’ai tout de suite accroché !

 

-Que recherches-tu à vivre ou ressentir à travers ce sport ?

 

En France j’ai beaucoup pratiqué la motocross et le vélo de descente, qui présentent tous deux des similitudes avec la motoneige comme se retrouver dans la nature et profiter des endroits normalement inaccessibles en recherchant des sensations fortes à travers la vitesse et la liberté. C’est ce genre de sensation que j’ai immédiatement retrouvé dans la motoneige, et même si je n’en avais jamais fait avant je me suis senti vraiment à l’aise dès la première fois !

 

As-tu un modèle, un sentier ou une période préférée ?

 

La meilleure période reste pour moi fin-janvier début-février. Mes meilleurs souvenirs  se trouvent dans cette période-là. Il y a un maximum de neige, le mois de décembre peut parfois être un peu juste au niveau de la neige dans certaine région, tandis qu’à partir du mois de Janvier il y en a toujours. Pour le modèle, ça serait la Renegade MXZ en 600cc 2 Temps.  Ça s’explique par le fait que mes meilleures sessions étaient en solo sur une journée. Après je ne la conseille pas pour des raids sur plusieurs jours parce que ça reste du 2 temps donc un modèle assez nerveux mais peu confortable. Enfin pour le sentier je dirais la Mauricie en général, car elle présente des sentiers polyvalents et bien entretenus sur une carte très grande. Cependant il y a une région que je rêve de visiter, c’est la région de Charlevoix ! Principalement pour son enneigement qui garantit les meilleures conditions dont peut rêver un motoneigiste, mais aussi pour ses paysages !  L’avantage d’un tel enneigement est qu’il est souvent signe d’un grand nombre de sentiers hors-pistes, et combiné au dénivelé de la région cela en fait une destination parfaite.

 

Quels conseils donnerais-tu as un débutant ?

 

Avoir un guide avec soi (rires). Je pense que c’est la principale chose à respecter.  Honnêtement, la motoneige est une activité adaptée à tout type de personne, même ceux qui n’ont jamais pratiqué de sport mécanique, à condition d’avoir une machine adaptée à son niveau et surtout un guide. Avec un guide on va se décharger de tout l’aspect sécurité, logistique et orientation, il suffit juste de suivre le guide et ses conseils pour pouvoir profiter pleinement des paysages et de l’expérience en général. Avec les nouvelles machines et leurs différents modes, il est facile de prendre en main une motoneige. Avec le mode ECO, l’accélération est tellement lissée que tu ne sens rien, ce n’est pas piégeur dans les virages. Moi je suis un adepte de la liberté et je préfère faire ça tout seul, mais la première fois j’étais content d’avoir un guide avec moi qui avait les capacités pour m’orienter et me donner des conseils.

 

As-tu un souvenir marquant à nous partager, en bon ou en mal ?

 

Comme souvenir marquant négatif,  je me souviens d’une excursion avec un ami où il a retourné sa motoneige devant moi. On se trouvait sur un lac gelé avec très peu de neige, donc une surface assez dure où ça glisse énormément.  On était en train de s’amuser à faire des dérapages et à un moment donné sa motoneige s’est bloquée et s’est retournée et il s’est retrouvé coincé sous la motoneige. Ça m’a fait assez peur car c’est une machine qui pèse entre 200 et 300 kilos et qui peut occasionner des blessures graves, d’où l’importance d’avoir un guide qui vous encadre et vous explique bien les consignes de sécurité à respecter afin d’éviter que de tels accidents puissent arriver. Heureusement ça c’est fini sans dommage, mais ça nous a refroidi pour le reste de la randonnée ! Puis en souvenir positif, il y en a tellement ! Tous les beaux paysages du Québec, notamment les paysages du parc du Mont-Tremblant.

 

Enfin, préfères-tu passer par une agence de voyage ou organiser ton voyage seul ?

 

Personnellement j’organise mes sorties motoneiges tout seul mais pour un touriste étranger voulant faire de la motoneige au Canada, passer par une agence reste la meilleure solution. Si j’étais venu en tant que touriste, j’aurai envie de profiter pleinement de mon expérience et me décharger de l’itinéraire, des étapes où s’arrêter. Puis faire confiance à un guide qui peut me donner des conseils de pilotage et qui connait les paysages intéressants.

 

Découvrez notre vidéo motoneige en GoPro filmée par Adrien !

 

Contactez-nous si vous avez des questions ou si vous désirez organiser votre excursion en motoneige au Canada !

Retrouvez tous nos raids motoneige hiver ici.

Écrit par Constantin CZECH, coordinateur marketing

Retour au blogue